Demo 2015

by Cold Heart Days

supported by
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

     €1 EUR  or more

     

1.
01:39
2.
03:06
3.
4.
05:04
5.
6.
06:09
7.

about

DOWNLOAD FOR FREE : uplea.com/dl/B43B7EB2B131815
DOWNLOAD FOR FREE : uplea.com/dl/B43B7EB2B131815
DOWNLOAD FOR FREE : uplea.com/dl/B43B7EB2B131815
DOWNLOAD FOR FREE : uplea.com/dl/B43B7EB2B131815
DOWNLOAD FOR FREE : uplea.com/dl/B43B7EB2B131815

credits

released October 6, 2015

Cold Heart Days : Guillaume Doussaud, Cyrille Floquet, Simon Le Roulley, Etienne Walker

intérimaire : Aurélien Lecuyer

Enregistré, mixé et masterisé par Guillaume Doussaud à Swan Sound Studio

Photo prise par Dorian Duron, sur la photo Lucie Gallien
Lay-out : Simon Le Roulley

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

Cold Heart Days Caen, France

Punk rock / emo punk, Caen, Fr

contact / help

Contact Cold Heart Days

Streaming and
Download help

Track Name: The West
Cette chanson parle de l’expérience de la perte d’un proche. La façon dont les repères s’effondrent, la vie semble se suspendre tout en continuant. La façon, aussi, dont la mémoire fait son travail de charogne en dévorant les précisions, les traits, pour ne laisser que des flous. Perdre un proche dans une période de sa vie durant laquelle sa vision du monde change, où les possibles priment sur l’existant. Et pourtant, comme un « retour du refoulé », l’existant revient comme un coup de bâton derrière la tête. Les possibles qu’inspiraient les soulèvements populaires quelques jours plus tôt ne font que passer, la vie continue, mutilée. Puis, dans les flots macabres, on retrouve des points cardinaux, situés quelques part dans le passé, et qui mettent en lumière le devenir.
Track Name: This song we used to love
Les lendemains qui déchantent. Ce sentiment d’écrasement au réveil qui révèle un écrasement déjà là. L’alcool a fait son boulot et détruit patiemment l’horreur vécue, patiemment et temporairement. Cette chanson évoque les souvenirs qu’on a tenté d’effacer et qui, comme le mal de crâne, reviennent par à-coups violents dans les tempes. Alors on se rappelle des causes de l’ivresse, de la claque qu’on s’est prise dans la gueule et qui a conduit, bien qu’on sache le mal qu’on subira, à creuser son propre trou. L’expérience de la perte. On ne perd pas quelqu’un puisqu’on ne possède pas l’autre. On perd la confiance. Et si le palais est anesthésié par la gueule-de-marbre, le gout du mensonge, lui, ne quitte pas les lèvres.
Track Name: Dorian Gray
Il existe des relations dans lesquelles on se fourvoie, on se perd, on arrive même à se détester. Malgré ça, on est incapable de se défaire de ce fardeau, on le porte, on l'aime, on l’exècre, on devient quelqu'un d'autre, on reste, on ment, on se ment. Aussi dévastateur et néfaste soit ce phénomène, le déni et la peur nous ligotent. On reste là à se bouffer et à attendre la suite... Ce morceau explique comment il est facile de se laisser aller au déni, à l'attentisme, à n'être que l'ombre de soi même. On attend sans éspérer. On attend de se faire bousiller pour de bon. Toutes choses ayant une fin, la fin arrive et libère bien sur mais on ne peut s'empêcher d'avoir un sentiment de manque, une sorte de syndrôme de Stockolm.
Track Name: Missed Opportunities
Il arrive de penser aux choses qu’on n’a pas dites, aux gestes que l’on n’a pas faits. Certaines personnes sont spontanées, sûres d’elles, pour d’autres c’est plus difficile d’assumer et de s’ouvrir. Puis, le non-dit devient confortable. On se crée un puits dans lequel la potentialité est l’unique jour, mais un puits si profond qu’on ne peut que le rêver. Quand la distance se matérialise dans l’espace, le puits s’approfondit et la perspective réduit le cercle de lumière. Et bien qu’on tente de maintenir la possibilité de la possibilité, gardant vif le lien qui unit ce qui est séparé, par lettres où voyages, l’obscurité la dévore petit à petit. Et on se rend compte que la solitude l’a emporté.
Track Name: Dear X, ...
On a beau y croire, parfois ça ne prend pas. La raison ne domine pas tout. L’amour offre le sursaut de l’irrationalité dans des existences largement déterminées par la raison. Et bien que ce soit surement ce qui le rend si beau, c’est aussi ce qui le rend si douloureux lorsque la raison appelle à y croire et que le sens s’en mêle. Et on y pense, on fait le bilan. On cherche les causes du dysfonctionnement. Et un jour on se rend compte des causes qui ont conditionné l’envie d’y croire. Une course contre la montre durant laquelle, plutôt que de prendre du temps pour soi, on s’est contraint à croire que la solution aux derniers maux se trouvait là. Au final, on souffre de l’autre et on fait souffrir l’autre. Le temps est une corde autour du cou qui se tend jour après jour, c’est l’évidence même. Mais penser qu’à deux la tension sera forcément moins forte, c'est oublier que deux cœurs lourds se rapprochent plus vite du sol. Se retrouver avant de se trouver en l’autre semble être la condition d’accès à une légèreté accrue contre la lourdeur de la raison. Là, peut-être, pourra-t-on y croire, mais pas par raison, par passion.
Track Name: Wearin' Black
Des foules vêtues de noir s’affrontant aux teintes bleues des gardes-chiourmes du vieux monde. Le rêve de quiconque souhaite en finir avec la domination capitaliste et patriarcale. Le son des caillasses s’abattant sur les boucliers, le bruit des flammes crépitant des barricades, sont de bien plus belles mélodies que le fracas des bottes et le martellement de la marchandise. Que crève ce monde, avec feu, rage, et joie. Que la fête commence.